Qaraqosh est une ville située dans la plaine de Ninive à une trentaine de kilomètres de Mossoul.

Sa particularité est d’être composée à 90% de chrétiens, majoritairement syriaques catholiques. Jusqu’à juin 2014, Qaraqosh était un des premiers lieux d’action de Fraternité en Irak.

L’intégralité de la population a été chassée par l’arrivée de Daech dans la nuit du 6 au 7 août 2014.

Qaraqosh en 2014, quelques jours avant l’arrivée de Daech.

La rue commerçante du centre ville de Qaraqosh.

Avant la prise de la plaine de Ninive par Daech

La ville, considérée comme sûre, a vu sa population passer de 30 000 à 45 000 habitants entre 2003 et 2014, avec l’afflux de nombreux réfugiés, en majorité chrétiens, fuyant les violences qui secouent alors Bagdad et Mossoul.

Ces déplacés, rassemblés dans le quartier de réfugiés de « Shaqaq » ont souvent très peu de moyens et la pression démographique dans cette petite ville affecte les conditions de vie et de salubrité. Ce quartier compte de nombreuses veuves qui ont perdu leurs maris dans les conflits qui se sont succédé en Irak ces quarante dernières années. Elles sont particulièrement vulnérables. Les familles s’entassent dans des appartements de deux ou trois pièces. C’est ici que Fraternité en Irak a mené de nombreux projets en 2011, 2012, 2013 et 2014, avant d’y revenir en 2017.

Les enfants du quartier, désœuvrés pendant les vacances scolaires. Certains sont déscolarisés et deviennent violents.

Enfants

Qaraqosh a été durement éprouvé le 2 mai 2010 lorsque les bus conduisant les étudiants de la ville jusqu’à Mossoul ont été l’objet d’une attaque à la voiture piégée, tuant deux jeunes, blessant et défigurant 178 autres.

bus-qaraqosh-mossoul-explosion-aout-2010

Après l’offensive de l’Etat islamique en Irak

Après la prise de Mossoul par l’Etat islamique le 10 juin 2014, de nombreux chrétiens viennent se réfugier à Qaraqosh. La ville est bombardée une première fois par les djihadistes de l’Etat islamique entre le 25 et le 28 juin 2014, poussant l’intégralité de la population, hormis l’évêque et quelques personnes, à fuir vers Erbil ou Dohuk. Cette première alerte passée Les habitants rentrent chez eux le 29 juin 2014.

Un deuxième bombardement, le 6 août, fait trois morts dont deux enfants. Dans la nuit du 6 au 7 août 2014, les soldats kurdes qui protègent la ville depuis la mi juin se replient brutalement, abandonnant leurs positions à Qaraqosh. Tous les habitants fuient alors pour la deuxième fois. La plupart d’entre eux sont maintenant réfugiés dans le Kurdistan irakien, notamment dans les villes d’Erbil, de Dohuk, de Zakho ou de Suleymania.

La libération

En mai 2016, la libération de quelques villages de la minorité kakaïe était le signe annonciateur du lancement d’une offensive plus large pour déloger l’organisation Etat islamique du nord de l’Irak. Cette manœuvre a été lancée le 16 octobre 2016 et a conduit à la libération relativement rapide de la plaine de Ninive. Au nord de Mossoul, ce sont les soldats kurdes qui ont libéré les villes de Tellsqof, Ba’shiqa et Batnaya, tandis que les soldats de l’armée irakienne remontant du sud de l’Irak ont libéré les villes de Qaraqosh, Qaramless et Bartella. L’armée irakienne a choisi de commencer l’offensive sur Mossoul en libérant Qaraqosh après avoir traversé de nuit une partie de la plaine. Toute la plaine de Ninive était donc libérée pour Noël 2016.

Les villages de la plaine de Ninive libérée ont été largement endommagés par les combats mais aussi par la volonté claire des terroristes de Daech de causer le plus de dégâts possible avant de partir. Ainsi, à Qaraqosh, la cathédrale syriaque catholique Al Tahira a été brûlée, son clocher détruit, tandis que les autres églises de la ville ont toutes été saccagées à divers degrés. Outre les signes religieux qui ont été systématiquement détruits (croix, clochers, icônes, sculptures, éléments cultuels d’autres minorités religieuses, etc.) dans le but clair d’éradiquer tout signe religieux notamment chrétien, de nombreuses maisons ont été brûlées ou pillées.

A droite, la cour intérieure de la cathédrale de Qaraqosh, en octobre 2016, lors de la libération de la ville

Retrouvez ci-dessous tous les articles dédiés à la ville de Qaraqosh

cour-interieure-al-tahira-qaraqosh-liberee-octobre-2016