La vie reprend à Tellsqof, signe d’espoir pour l’après-Daech

La vie reprend à Tellsqof, signe d’espoir pour l’après-Daech

by Fraternité en Irak Actualité Développement Reconstruction Santé Urgence

REPORTAGE – Dans ce village du nord de la plaine de Ninive, la reconstruction est bien engagée et une trentaine de familles s’est réinstallée. La vie est de retour…

Ce samedi 18 février, la joie des habitants de Tellsqof se lit sur tous les visages. Le patriarche des chaldéens, Louis Sako, vient célébrer la toute première messe dans l’église Saint-Georges depuis l’arrivée de l’État islamique en août 2014, marquant la fin d’une longue attente. L’église est en bon état, à l’exception du bris de quelques vitres. Elle est archicomble. « Ensemble et avec la bénédiction de Dieu, ce village pourra retrouver la vie », a-t-il lancé dans son homélie.

Première messe à l’église Saint-Georges depuis la prise de la ville par Daech en août 2014 – © Fraternité en irak

messe (10)

La foule et la joie à la sortie de la messe – © Fraternité en Irak

La joie de la libération

La procession envahit ensuite les rues de la ville encore marquées par les combats pour aller inaugurer la croix sur un promontoire surplombant la localité. Chacun grimpe pour atteindre le pied de la croix, Monseigneur Sako en tête. De là, prières et chants s’alternent, la croix est illuminée, un feu d’artifice est tiré. La foule est en liesse ! « On sent que la ville a à présent retrouvé son âme, témoigne Marie, membre de Fraternité en Irak présente à Tellsqof pour ce jour historique. Les discours sont plein d’espérance et de foi, vifs. Les gens semblent heureux, c’est un vrai souffle de vie ! »

Les habitants montent vers le promontoire où est fixé la croix qui va être à nouveau illuminée – © Fraternité en Irak

Feux d’artifices et cris de joie ! © Fraternité en Irak

Occupé par Daech pendant une dizaine de jours en août 2014, le village de Tellsqof, au nord de Mossoul était ensuite devenu une base des peshmergas kurdes, à quelques centaines de mètres de la ligne de front. En 2016, une attaque surprise des djihadistes avait secoué la ville pendant trois jours, faisant plusieurs morts et montrant la fragilité de la ligne de front. C’est dire si les habitants exilés dans les environs pendant ces longs mois, sont heureux de pouvoir enfin y retourner sans crainte.

La reconstruction est bien engagée

À Tellsqof, cette joie rime avec efficacité. La reconstruction est déjà bien engagée grâce, notamment, au dynamisme du Père Salar, prêtre chaldéen, et de son équipe de reconstruction. Dans un premier temps, un inventaire des dégâts a été établi avec précision. Sur les 1 154 maisons, 63 ont été entièrement détruites, 43 brûlées et 850 partiellement endommagées. Des petits groupes de jeunes se sont ensuite mis à l’oeuvre, chacun selon sa spécialité. On compte ainsi six équipes de deux ou trois personnes qui se chargent de l’électricité.

ab et le maire

Le Père Salar avec le maire du village – © Fraternité en Irak

Tout est fait pour que les habitants puissent rentrer au plus vite. Lorsqu’une famille manifeste le souhait de revenir auprès du comité de reconstruction, sa maison est remise sur pied le plus rapidement possible. Sur la totalité des habitants de Tellsqof, le Père Salar estime qu’environ la moitié sont partis à l’étranger et ne reviendrons pas, du moins pas tout de suite. Mais trente familles sont déjà réinstallées et d’autres suivront.

Fraternité en Irak a ainsi rencontré la famille de Souhad qui a retrouvé sa petite maison ancienne du centre de Tellsqof. À l’arrivée de Daech, elle est partie avec son mari et ses six enfants se réfugier à Alqosh, à une quinzaine de kilomètres de là. Ses plus jeunes enfants y sont d’ailleurs toujours scolarisés et font les allers-retours. Dans la ruelle qui mène à la maison, des impacts de balles témoignent de la violence des combats qui se sont déroulés à Tellsqof. À l’intérieur, le courant n’est pas encore revenu et il ne fait pas chaud en ce mois de février, mais Souhad et ses enfants semblent heureux d’être rentrés.

Vue sur la ville depuis une maison endommagée par les combats – © Fraternité en Irak

visite souhad (3)

Dans la maison de Souhad et de sa famille, parmi les premières à se réinstaller. © Fraternité en Irak

Un dispensaire pour faciliter le retour

En lien avec le Père Salar, Fraternité en Irak va financer l’ouverture d’un dispensaire à Tellsqof, dont le but est de favoriser le retour à la vie du village. Le Docteur Bader, responsable de la santé pour le district, gèrera ce centre de santé en lien avec deux médecins et une dizaine de personnes. La maison dans laquelle ce nouveau dispensaire va être installé nécessite quelques aménagements. Il faut changer les fenêtres abîmées par les combats, refaire l’intérieur de l’édifice et racheter du mobilier. Fraternité en Irak s’est aussi engagée à équiper en matériel médical les salles de consultation, le petit laboratoire et la pharmacie qui permettront bientôt aux familles qui sont rentrées de disposer d’un centre de premiers soins.

Pour revitaliser la plaine de Ninive, aidez-nous à financer ce dispensaire !

btn_donatecc_lg