Nabeel, gérant du premier centre de jeux vidéo de Bartella après Daech

Nabeel, gérant du premier centre de jeux vidéo de Bartella après Daech

Fraternité en Irak a soutenu, une fois n’est pas coutume, un commerce d’un genre bien particulier : un centre de jeux vidéo pour les jeunes de Bartella ! Rencontre avec Nabeel, son gérant invalide, mais volontaire.

Avant Daech, Nabeel possédait une petite station-service à Bartella, à quelques kilomètres de Qaraqosh, dans la plaine de Ninive. Mais pour cet homme digne et courageux qui a perdu une jambe pendant la guerre Iran-Irak il n’était cependant pas question de reprendre ce travail à la libération. Le médecin lui avait fortement déconseillé de continuer ce métier trop physique. Sa santé était en jeu…

Maison incendiée

Après l’occupation des djihadistes de l’ « Etat islamique », Nabeel a retrouvé sa maison incendiée. Lorsque Fraternité en Irak l’a rencontré pour la première fois, lui et ses fils réparaient leur maison afin de revenir y vivre le plus tôt possible. Mais la précarité de leur situation était telle que ses trois fils, qui avaient chacun fait des études poussées à l’université, avaient dû se résigner à accepter des emplois à temps partiel pour assumer le quotidien de la famille… Nabeel, légitimement, n’était pas très à l’aise avec cette situation. Il ne supportait pas de ne rien faire !

Nabeel (5)

Les enfants heureux de jouer aux jeux vidéos après l’école

Le premier centre de jeux vidéo de la ville

Sa détermination a convaincu Fraternité en Irak de l’aider à lancer un petit commerce tant était grande son envie de travailler à nouveau pour subvenir aux besoins de sa famille. Mais il fallait trouver une activité qui ne demande pas trop d’effort physique. En voyant des adolescents désoeuvrés après l’école car ils ne peuvent pas jouer au foot pendant l’hiver tant les terrains sont détrempés et le temps maussade, Nabeel a décidé de lancer un petit centre de jeux vidéo en décembre 2017. Il s’agit du premier du genre à ouvrir en ville après Daech. Et c’est réussi ! L’ambiance est bon enfant, les jeunes ne restent pas toute la journée devant leur écran, Nabeel, en bon (grand) père de famille, y veille.

Esprit de famille

S’il gère lui-même la boutique, ses trois fils l’aident quand ils le peuvent. Pour l’instant, les affaires sont bonnes : après deux mois de fonctionnement du centre, Nabeel a même pu acheter deux ordinateurs de plus. Nous lui souhaitons bonne chance dans sa nouvelle aventure !

 Comme Nabeel, d’autres pères de famille sont désireux de se lancer dans l’entrepreneuriat. Aidez-nous à financer leurs outils de travail !

Actualité Chrétien d'Orient Relance économique