Urgence humanitaire dans la plaine de Ninive, inquiétude à Bagdad

Urgence humanitaire dans la plaine de Ninive, inquiétude à Bagdad

[Communiqué] – Le point sur la journée du 12 juin à 21H

monastère

L’ancien monastère d’Alqosh, village qui accueille de nombreux réfugiés – © Fraternité en Irak

Avertissement : la situation évoluant constamment, merci de bien prendre en compte les dates et heures indiquées dans le communiqué.

Dans la plaine de Ninive, l’urgence est maintenant de venir en aide aux milliers de familles (Plus de 500 000 personnes) qui ont fui Mossoul aux mains des djihadistes dans toutes les directions.

Deux gros points de fixation de ces familles se sont créés au deux points de passage vers la région autonome du Kurdistan. Ces check-points sont très contrôlés car les forces kurdes craignent une infiltration d’éléments djihadistes. Les réfugiés y passent donc au compte-goutte.

Au check-point qui est situé à une dizaine de kilomètres de Tell Kef permettant d’entrer dans la région de Dohuk, il y aurait environ 6000 familles.

Au check-point de Kalak, sur la route de Mossoul à Erbil, on compte environ 1500 familles. Il fait entre 35 et 40 degré dans la journée.

Les équipes de l’ONU Irak gèrent au mieux l’organisation de l’aide de toute première urgence à ces deux endroits.

Les villages chrétiens de la plaine de Ninive accueillent de nombreux réfugiés, arrivés souvent avec le plus stricte nécessaire.

À Qaraqosh, toujours protégé par les forces kurdes, la situation est calme et la panique d’être peut-être attaqué laisse place à l’urgence d’accueillir les réfugiés de Mossoul. On compte 300 familles réfugiées dans cette ville et 200 dans la ville voisine de Bartala.

> Fraternité en Irak lance l’opération « Urgence à Ninive ». Aidez-nous !

À Ba’shiqa, entre Dohuk et Mossoul, on compte 800 familles. À Alqosh, plus au nord, 600 sont arrivées hier.

Ces chiffres sont bien sûr provisoires et ne cessent d’augmenter.

À Kirkouk, entièrement protégée par les soldats kurdes, la situation est calme et la vie continue. Les personnes jointes sont inquiètes mais vont travailler. Certaines familles ont préféré aller passer quelques jours à Erbil. Les déplacements sont réduits. On vit au rythme des nouvelles en essayant de faire le tri entre les informations et les rumeurs diverses. On suit attentivement le lancement de la Coupe du Monde !

 À Bagdad, nous percevons chez nos amis une inquiétude plus vive encore. « Les rues sont anormalement calmes, nous sommes stupéfaits de la rapidité de la progression des djihadistes et de l’absence de réaction. Les gens commencent à stocker de la nourriture », nous témoigne-t-on.

Nous ne sommes pas en mesure de quantifier, ni de localiser, les positions des djihadistes autour ou en banlieue de Bagdad, tant la situation est confuse.

Les routes Bagdad/Kirkouk et Mossoul/Kirkouk sont coupées. La route Erbil/Kirkouk est ouverte. La route Erbil/Qaraqosh est théoriquement sécurisée, mais le check-point de Kalak rend le passage vers Erbil très difficile.

Actualité Al Qosh Mossoul Qaraqosh Santé Urgence

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

quatre × un =